En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plus...
Connexion ou Inscription

FERMER X

Changer Session Custom
Vous devez être connecté pour pointer et participer au challenge.

Si vous êtes inscrit sur une autre session d'abstinence (tabac, alcool etc.) vous pouvez vous connecter avec les mêmes identifiants.

Suggestions de lecture:

Power, les 48 lois du pouvoir - Robert Greene
- 7 personnes lisent ce livre
- 2 personnes ont fini ce livre
Crépuscule des Titans - Papacito
- 4 personnes lisent ce livre
- Une personne a fini ce livre
Voyage au bout de la nuit - Louis-Ferdinand Céline
- 4 personnes lisent ce livre
- Personne n'a encore fini ce livre
12 Rules for Life - Jordan B. Peterson
- 4 personnes lisent ce livre
- Personne n'a encore fini ce livre
Pensées pour moi-même - Marc Aurèle
- 2 personnes lisent ce livre
- 2 personnes ont fini ce livre
Voir la liste complète
Aider

Custom

- Responsable de cette session : Alphaplissken
- Date de création : il y a 5 mois
Pointages
  • Il y a 12 heures |
    eiFfeL Tour FLT en abstinence depuis 77 jours :
    ↳ Tentative n°1 | Mode EXTREM | Objectif: 90 jour(s)
    [J 78]
    Quand le fil de ma vie
    Quand le fil de ma vie (hélas ! il tient à peine )
    Tombera du fuseau qui le retient encor ;
    Quand ton nom, mêlé dans mon sort,
    Ne se nourrira plus de ma mourante haleine ;
    Quand une main fidèle aura senti ma main
    Se refroidir sans lui répondre ;
    Quand mon dernier espoir, qu'un souffle va confondre,
    Ne trouvera plus ton chemin,
    Prends mon deuil : un pavot, une feuille d'absinthe,
    Quelques lilas d'avril, dont j'aimai tant la fleur ;
    Durant tout un printemps qu'ils sèchent sur ton cœur,
    Je t'en prie : un printemps ! cette espérance est sainte !
    J'ai souffert, et jamais d'importunes clameurs
    N'ont rappelé vers moi ton amitié distraite ;
    Va ! j'en veux à la mort qui sera moins discrète,
    Moi, je ne serai plus quand tu liras : « Je meurs. »

    Porte en mon souvenir un parfum de tendresse ;
    Si tout ne meurt en moi, j'irai le respirer.
    Sur l'arbre, où la colombe a caché son ivresse,
    Une feuille, au printemps, suffit pour l'attirer.

    S'ils viennent demander pourquoi ta fantaisie
    De cette couleur sombre attriste un temps d'amour,
    Dis que c'est par amour que ton cœur l'a choisie ;
    Dis-leur que l'amour est triste, ou le devient un jour.
    Que c'est un vœu d'enfance, une amitié première ;
    Oh ! dis-le sans froideur, car je t'écouterai !
    Invente un doux symbole où je me cacherai :
    Cette ruse entre nous encor . . . c'est la dernière.

    Dis qu'un jour, dont l'aurore avait eu bien des pleurs,
    Tu trouvas sans défense une abeille endormie ;
    Qu'elle se laissa prendre et devint ton amie ;
    Qu'elle oublia sa route à te chercher des fleurs.
    Dis qu'elle oublia tout sur tes pas égarée,
    Contente de brûler dans l'air choisi par toi.
    Sous cette ressemblance avec pudeur livrée,
    Dis-leur, si tu le peux, ton empire sur moi.

    Dis que l'ayant blessée, innocemment peut-être,
    Pour te suivre elle fit des efforts superflus ;
    Et qu'un soir accourant, sûr de la voir paraître,
    Au milieu des parfums, tu ne la trouvas plus.
    Que ta voix, tendre alors, ne fut pas entendue ;
    Que tu sentis sa trame arrachée à tes jours ;
    Que tu pleuras sans honte une abeille perdue ;
    Car ce qui nous aima, nous le pleurons toujours.

    Qu'avant de renouer ta vie à d'autres chaînes,
    Tu détachas du sol où j'avais dû mourir
    Ces fleurs, et qu'à travers les plus brillantes scènes,
    De ton abeille encor le deuil vient t'attendrir.

    Ils riront : que t'importe ? Ah ! sans mélancolie,
    Reverras-tu des fleurs retourner la saison ?
    Leur miel, pour toi si doux, me devint un poison :
    Quand tu ne l'aimas plus, il fit mal à ma vie.

    Enfin, l'été s'incline, et tout va pâlissant :
    Je n'ai plus devant moi qu'un rayon solitaire,
    Beau comme un soleil pur sur un front innocent
    Là-bas . . . c'est ton regard : il retient à la terre !

    Marceline Desbordes-Valmore

    Vient d'obtenir le grade Aspirant
    Nouvel objectif fixé: 90 jours
  • Il y a 1 semaine |
    eiFfeL Tour FLT en abstinence depuis 65 jours :
    ↳ Tentative n°1 | Mode EXTREM | Objectif: 60 jour(s)
    [J 66]
    La vie profonde
    Être dans la nature ainsi qu'un arbre humain,
    Étendre ses désirs comme un profond feuillage,
    Et sentir, par la nuit paisible et par l'orage,
    La sève universelle affluer dans ses mains.

    Vivre, avoir les rayons du soleil sur la face,
    Boire le sel ardent des embruns et des pleurs,
    Et goûter chaudement la joie et la douleur
    Qui font une buée humaine dans l'espace.

    Sentir, dans son cœur vif, l'air, le feu et le sang
    Tourbillonner ainsi que le vent sur la terre ;
    — S'élever au réel et pencher au mystère,
    Être le jour qui monte et l'ombre qui descend.

    Comme du pourpre soir aux couleurs de cerise,
    Laisser du cœur vermeil couler la flamme et l'eau,
    Et comme l'aube claire appuyée au coteau
    Avoir l'âme qui rêve, au bord du monde assise...

    Anna de Noailles

    Vient d'obtenir le grade Major
    A atteint son objectif de 60 jours
  • Il y a 3 semaines |
    Jackalope en abstinence depuis 37 minutes :
    ↳ Tentative n°6 | Record: 24 jour(s) | Mode EXTREM | Objectif: 3 jour(s)
    [J 1] SPOILERJ'ai le kiki tout enflé, ça fait bizarre.
    Je vais repartir sur de nouvelles bases en reprenant des bonnes habitudes. Je vais repointer aussi sur Stop Porn, Stop Procrastination, Stop Se coucher tard, Stop Grignotage et Stop Fap.
    Je vais me mettre au boulot et occuper mon temps avec des choses intéressantes. Dans cette session Custom, je pointerai pour arrêter me tics
    Je vais aussi m'en remettre plus à Dieu.
    Abstinence débutée le 06/11/2020 à 08h00.
    Objectif fixé: 3 jours
  • Il y a 3 semaines |
    eiFfeL Tour FLT en abstinence depuis 54 jours :
    ↳ Tentative n°1 | Mode EXTREM | Objectif: 60 jour(s)
    [J 55]
    Le temps de vivre
    Déjà la vie ardente incline vers le soir,
    Respire ta jeunesse,
    Le temps est court qui va de la vigne au pressoir,
    De l'aube au jour qui baisse,

    Garde ton âme ouverte aux parfums d'alentour,
    Aux mouvements de l'onde,
    Aime l'effort, l'espoir, l'orgueil, aime l'amour,
    C'est la chose profonde ;

    Combien s'en sont allés de tous les cœurs vivants
    Au séjour solitaire
    Sans avoir bu le miel ni respiré le vent
    Des matins de la terre,

    Combien s'en sont allés qui ce soir sont pareils
    Aux racines des ronces,
    Et qui n'ont pas goûté la vie où le soleil
    Se déploie et s'enfonce.

    Ils n'ont pas répandu les essences et l'or
    Dont leurs mains étaient pleines,
    Les voici maintenant dans cette ombre où l'on dort
    Sans rêve et sans haleine ;

    — Toi, vis, sois innombrable à force de désirs
    De frissons et d'extase,
    Penche sur les chemins où l'homme doit servir
    Ton âme comme un vase,

    Mêlé aux jeux des jours, presse contre ton sein
    La vie âpre et farouche ;
    Que la joie et l'amour chantent comme un essaim
    D'abeilles sur ta bouche.

    Et puis regarde fuir, sans regret ni tourment
    Les rives infidèles,
    Ayant donné ton cœur et ton consentement
    À la nuit éternelle.

    Anna de Noailles

    Vient d'obtenir le grade Maître principal
    Nouvel objectif fixé: 60 jours
  • Il y a 1 mois |
    eiFfeL Tour FLT en abstinence depuis 43 jours :
    ↳ Tentative n°1 | Mode EXTREM | Objectif: 40 jour(s)
    [J 44]
    L'innocence
    Si tu veux nous ferons notre maison si belle
    Que nous y resterons les étés et l'hiver !
    Nous verrons alentour fluer l'eau qui dégèle,
    Et les arbres jaunis y redevenir verts.

    Les jours harmonieux et les saisons heureuses
    Passeront sur le bord lumineux du chemin,
    Comme de beaux enfants dont les bandes rieuses
    S'enlacent en jouant et se tiennent les mains.

    Un rosier montera devant notre fenêtre
    Pour baptiser le jour de rosée et d'odeur ;
    Les dociles troupeaux, qu'un enfant mène paître,
    Répandront sur les champs leur paisible candeur.

    Le frivole soleil et la lune pensive
    Qui s'enroulent au tronc lisse des peupliers
    Refléteront en nous leur âme lasse ou vive
    Selon les clairs midis et les soirs familiers.

    Nous ferons notre coeur si simple et si crédule
    Que les esprits charmants des contes d'autrefois
    Reviendront habiter dans les vieilles pendules
    Avec des airs secrets, affairés et courtois.

    Pendant les soirs d'hiver, pour mieux sentir la flamme,
    Nous tâcherons d'avoir un peu froid tous les deux,
    Et de grandes clartés nous danseront dans l'âme
    À la lueur du bois qui semblera joyeux.

    Émus de la douceur que le printemps apporte,
    Nous ferons en avril des rêves plus troublants.
    — Et l'Amour sagement jouera sur notre porte
    Et comptera les jours avec des cailloux blancs...

    Anna de Noailles

    Vient d'obtenir le grade Premier Maître
    A atteint son objectif de 40 jours
  • Il y a 1 mois |
    Jackalope en abstinence depuis 24 jours :
    ↳ Tentative n°5 | Mode EXTREM | Objectif: 21 jour(s)
    [J 25] Ça va, mais restons vigilant.
    Vient d'obtenir le grade Damoiseau
    A atteint son objectif de 21 jours
    Douche froide
  • Il y a 1 mois |
    eiFfeL Tour FLT en abstinence depuis 33 jours :
    ↳ Tentative n°1 | Mode EXTREM | Objectif: 40 jour(s)
    [J 34]
    Oh ! que la vie est longue
    À Madame Victor Hugo

    Notre bonheur n'est qu'un malheur plus ou moins consolé.
    Jean-François Ducis



    Oh ! que la vie est longue aux longs jours de l'été,
    Et que le temps y pèse à mon cœur attristé !
    Lorsque midi surtout a versé sa lumière,
    Que ce n'est que chaleur et soleil et poussière ;
    Quand il n'est plus matin et que j'attends le soir,
    Vers trois heures, souvent, j'aime à vous aller voir ;
    Et là vous trouvant seule, ô mère et chaste épouse !
    Et vos enfants au loin épars sur la pelouse,
    Et votre époux absent et sorti pour rêver,
    J'entre pourtant ; et Vous, belle et sans vous lever,
    Me dites de m'asseoir ; nous causons ; je commence
    À vous ouvrir mon cœur, ma nuit, mon vide immense,
    Ma jeunesse déjà dévorée à moitié,
    Et vous me répondez par des mots d'amitié ;
    Puis revenant à vous, Vous si noble et si pure,
    Vous que, dès le berceau, l'amoureuse nature
    Dans ses secrets desseins avait formée exprès
    Plus fraîche que la vigne au bord d'un antre frais,
    Douce comme un parfum et comme une harmonie ;
    Fleur qui deviez fleurir sous les pas du génie ;
    Nous parlons de vous-même, et du bonheur humain,
    Comme une ombre, d'en haut, couvrant votre chemin,
    De vos enfants bénis que la joie environne,
    De l'époux votre orgueil, votre illustre couronne ;
    Et quand vous avez bien de vos félicités
    Épuisé le récit, alors vous ajoutez
    Triste, et tournant au ciel votre noire prunelle :
    « Hélas ! non, il n'est point ici-bas de mortelle
    Qui se puisse avouer plus heureuse que moi ;
    Mais à certains moments, et sans savoir pourquoi,
    Il me prend des accès de soupirs et de larmes ;
    Et plus autour de moi la vie épand ses charmes,
    Et plus le monde est beau, plus le feuillage vert,
    Plus le ciel bleu, l'air pur, le pré de fleurs couvert,
    Plus mon époux aimant comme au premier bel âge,
    Plus mes enfants joyeux et courant sous l'ombrage,
    Plus la brise légère et n'osant soupirer,
    Plus aussi je me sens ce besoin de pleurer. »

    C'est que même au-delà des bonheurs qu'on envie
    Il reste à désirer dans la plus belle vie ;
    C'est qu'ailleurs et plus loin notre but est marqué ;
    Qu'à le chercher plus bas on l'a toujours manqué ;
    C'est qu'ombrage, verdure et fleurs, tout cela tombe,
    Renaît, meurt pour renaître enfin sur une tombe ;
    C'est qu'après bien des jours, bien des ans révolus,
    Ce ciel restera bleu quand nous ne serons plus ;
    Que ces enfants, objets de si chères tendresses,
    En vivant oublieront vos pleurs et vos caresses ;
    Que toute joie est sombre à qui veut la sonder,
    Et qu'aux plus clairs endroits, et pour trop regarder
    Le lac d'argent, paisible, au cours insaisissable,
    On découvre sous l'eau de la boue et du sable.

    Mais comme au lac profond et sur son limon noir
    Le ciel se réfléchit, vaste et charmant à voir,
    Et, déroulant d'en haut la splendeur de ses voiles,
    Pour décorer l'abîme, y sème les étoiles,
    Tel dans ce fond obscur de notre humble destin
    Se révèle l'espoir de l'éternel matin ;
    Et quand sous l'œil de Dieu l'on s'est mis de bonne heure,
    Quand on s'est fait une âme où la vertu demeure ;
    Quand, morts entre nos bras, les parents révérés
    Tous bas nous ont bénis avec des mots sacrés ;
    Quand nos enfants, nourris d'une douceur austère,
    Continueront le bien après nous sur la terre ;
    Quand un chaste devoir a réglé tous nos pas,
    Alors on peut encore être heureux ici-bas ;
    Aux instants de tristesse on peut, d'un œil plus ferme,
    Envisager la vie et ses biens et leur terme,
    Et ce grave penser, qui ramène au Seigneur,
    Soutient l'âme et console au milieu du bonheur.

    Mai 1829.

    Charles-Augustin Sainte-Beuve

    Vient d'obtenir le grade Maître
    Nouvel objectif fixé: 40 jours
  • Il y a 1 mois |
    Jackalope en abstinence depuis 20 jours :
    ↳ Tentative n°5 | Record: 24 jour(s) | Mode EXTREM | Objectif: 21 jour(s)
    [J 21] C'est limite mais je ne retombe pas dans mes anciens travers.
    Douche froide
  • Il y a 1 mois |
    Jackalope en abstinence depuis 18 jours :
    ↳ Tentative n°5 | Record: 24 jour(s) | Mode EXTREM | Objectif: 21 jour(s)
    [J 19] Je n'arrive pas à me connecter à Internet à la bibliothèque universitaire. C'est un peu gênant. Cela doit être dû au DNS que j'ai mis pour bloquer les sites X.

    Je suis assez nerveux mais je n'ai pas repris mes anciens tics. J'arrive à résister même si parfois c'est limite, j'ai des quasi-tics.
    Douche froide
  • Il y a 1 mois |
    Jackalope en abstinence depuis 16 jours :
    ↳ Tentative n°5 | Record: 24 jour(s) | Mode EXTREM | Objectif: 21 jour(s)
    [J 17] Ça va, pas d'envie, mais c'est difficile.
    Douche froide
  • Il y a 1 mois |
    Jackalope en abstinence depuis 15 jours :
    ↳ Tentative n°5 | Record: 24 jour(s) | Mode EXTREM | Objectif: 21 jour(s)
    [J 16] Ça va, même si les douches froides font beaucoup plus d'effets que cet été. C'est sûrement normal me direz-vous.
    Nouvel objectif fixé: 21 jours
    Douche froide
  • Il y a 1 mois |
    Jackalope en abstinence depuis 14 jours :
    ↳ Tentative n°5 | Record: 24 jour(s) | Mode EXTREM | Objectif: 14 jour(s)
    [J 15] Je me suis bien fait arroser ce matin avec la tempête mais j'ai fini plus tôt alors ça va.
    Vient d'obtenir le grade Intendant
    A atteint son objectif de 14 jours
    Douche froide
  • Il y a 1 mois |
    Jackalope en abstinence depuis 12 jours :
    ↳ Tentative n°5 | Record: 24 jour(s) | Mode EXTREM | Objectif: 14 jour(s)
    [J 13] Hier, mes parents sont venus me voir. Ils m'ont apporté des provisions et nous avons été faire un tour. C'était une bonne journée.
    Aujourd'hui, lever à 5h45 pour aller à la messe (SPOILERoui je suis chaud), au final je suis rentré à 20h parce que je n'ai pas eu le temps de prendre les trains de début d'après-midi et celui de fin d'après-midi à presque eu 1h de retard.
    Mais ça va.
    Douche froide
  • Il y a 1 mois |
    eiFfeL Tour FLT en abstinence depuis 23 jours :
    ↳ Tentative n°1 | Mode EXTREM | Objectif: 21 jour(s)
    [J 24]
    Poésie : La vie idéale
    À May.

    Une salle avec du feu, des bougies,
    Des soupers toujours servis, des guitares,
    Des fleurets, des fleurs, tous les tabacs rares,
    Où l'on causerait pourtant sans orgies.

    Au printemps lilas, roses et muguets,
    En été jasmins, oeillets et tilleuls
    Rempliraient la nuit du grand parc où, seuls
    Parfois, les rêveurs fuiraient les bruits gais.

    Les hommes seraient tous de bonne race,
    Dompteurs familiers des Muses hautaines,
    Et les femmes, sans cancans et sans haines,
    Illumineraient les soirs de leur grâce.

    Et l'on songerait, parmi ces parfums
    De bras, d'éventails, de fleurs, de peignoirs,
    De fins cheveux blonds, de lourds cheveux noirs,
    Aux pays lointains, aux siècles défunts.

    Charles Cros

    Vient d'obtenir le grade Second Maître
    A atteint son objectif de 21 jours
  • Il y a 1 mois |
    Jackalope en abstinence depuis 8 jours :
    ↳ Tentative n°5 | Record: 24 jour(s) | Mode EXTREM | Objectif: 14 jour(s)
    [J 9] Ça va mais c'est chaud.
    Nouvel objectif fixé: 14 jours
    Douche froide
  • Il y a 1 mois |
    Jackalope en abstinence depuis 7 jours :
    ↳ Tentative n°5 | Record: 24 jour(s) | Mode EXTREM | Objectif: 7 jour(s)
    [J 8] Je vais durcir mes règles du défi.
    Vient d'obtenir le grade Ecuyer
    A atteint son objectif de 7 jours
    Douche froide
  • Il y a 2 mois |
    Jackalope en abstinence depuis 5 jours :
    ↳ Tentative n°5 | Record: 24 jour(s) | Mode EXTREM | Objectif: 7 jour(s)
    [J 6] Je crois avoir rêvé que j'embrassais une fille, a fortiori une que je connais. Ça fait bizarre.
    Nouvel objectif fixé: 7 jours
    Douche froide
  • Il y a 2 mois |
    Jackalope en abstinence depuis 3 jours :
    ↳ Tentative n°5 | Record: 24 jour(s) | Mode EXTREM | Objectif: 3 jour(s)
    [J 4] Ça va.
    Vient d'obtenir le grade Page
    Vient de battre son précédent record.
    A atteint son objectif de 3 jours
    Douche froide
  • Il y a 2 mois |
    eiFfeL Tour FLT en abstinence depuis 14 jours :
    ↳ Tentative n°1 | Mode EXTREM | Objectif: 21 jour(s)
    [J 15]
    En voyage
    Je partais pour un long voyage.
    En wagon, tapi dans mon coin,
    J'écoutais fuir l'aigu sillage
    Du sifflet dans la nuit, au loin ;

    Je goûtais la vague indolence,
    L'état obscur et somnolent,
    Où fait tomber sans qu'on y pense
    Le train qui bourdonne en roulant ;

    Et je ne m'apercevais guère,
    Indifférent de bonne foi,
    Qu'une jeune fille et sa mère
    Faisaient route à côté de moi.

    Elles se parlaient à voix basse :
    C'était comme un bruit de frisson,
    Le bruit qu'on entend quand on passe
    Près d'un nid le long d'un buisson ;

    Et bientôt elles se blottirent,
    Leurs fronts l'un vers l'autre penchés,
    Comme deux gouttes d'eau s'attirent
    Dès que les bords se sont touchés ;

    Puis, joue à joue, avec tendresse,
    Elles se firent toutes deux
    Un oreiller de leur caresse,
    Sous la lampe aux rayons laiteux.

    L'enfant, sur le bras de ma stalle,
    Avait laissé poser sa main
    Qui reflétait, comme une opale,
    La moiteur d'un jour incertain ;

    Une main de seize ans à peine :
    La manchette l'ombrait un peu ;
    L'azur, d'une petite veine,
    La nuançait comme un fil bleu ;

    Elle pendait, molle et dormante,
    Et je ne sais si mon regard
    Pressentit qu'elle était charmante
    Ou la rencontra par hasard,

    Mais je m'étais tourné vers elle,
    Sollicité sans le savoir :
    On dirait que la grâce appelle
    Avant même qu'on l'ait pu voir.

    « Heureux, me dis-je, le touriste
    Que cette main-là guiderait ! »
    Et ce songe me rendait triste :
    Un vœu n'éclôt que d'un regret.

    Cependant glissaient les campagnes
    Sous les fougueux rouleaux de fer,
    Et le profil noir des montagnes
    Ondulait ainsi qu'une mer.

    Force étrange de la rencontre !
    Le cœur le moins prime-sautier,
    D'un lambeau d'azur qui se montre,
    Improvise un ciel tout entier :

    Une enfant dort, une étrangère,
    Dont la main paraît à demi,
    Et ce peu d'elle me suggère
    Un vœu d'un bonheur infini !

    Je la rêve, inconnue encore,
    Sur ce peu de réalité,
    Belle de tout ce que j'ignore
    Et du possible illimité...

    Je rêve qu'une main si blanche,
    D'un si confiant abandon,
    Ne peut-être que sûre et franche,
    Et se donnerait tout de bon.

    Bienheureux l'homme qu'au passage
    Cette main fine enchaînerait !
    Calme à jamais, à jamais sage...
    — Vitry ! Cinq minutes d'arrêt !

    À ces mots criés sur la voie,
    Le couple d'anges s'éveilla,
    Battit des ailes avec joie,
    Et disparut. Je restai là.

    Cette enfant, qu'un autre eût suivie,
    Je me la laissais enlever.
    Un voyage ! Telle est la vie
    Pour ceux qui n'osent que rêver.

    René-François Sully Prudhomme

    Vient d'obtenir le grade Quartier-maître maistrancier
    Nouvel objectif fixé: 21 jours
  • Il y a 2 mois |
    Jackalope en abstinence depuis 2 jours :
    ↳ Tentative n°5 | Record: 24 jour(s) | Mode EXTREM | Objectif: 3 jour(s)
    [J 3] Ça va.
    Vient d'obtenir le grade Roturier
    Douche froide
  • Il y a 2 mois |
    Jackalope en abstinence depuis 7 heures :
    ↳ Tentative n°5 | Record: 24 jour(s) | Mode EXTREM | Objectif: 3 jour(s)
    [J 1] Je dois en finir avec les tics.
    Abstinence débutée le 22/09/2020 à 14h30.
    Objectif fixé: 3 jours
    Douche froide
  • Il y a 2 mois |
    eiFfeL Tour FLT en abstinence depuis 7 jours :
    ↳ Tentative n°1 | Mode EXTREM | Objectif: 7 jour(s)
    [J 8]
    Le chemin de la vie
    Dédié à Saint Augustin

    La vie est le chemin de la mort. Le chemin
    N'est d'abord qu'un sentier fuyant par la prairie,
    Où la mère conduit son enfant par la main,
    En priant la Vierge Marie.

    Aux abords du vallon, le sentier des enfants
    Passe dans un jardin. Rêveur et solitaire,
    L'adolescent effeuille et jette à tous les vents
    Les roses blanches du parterre.

    Quand l'amoureux s'égare en ce bosquet charmant,
    Il voit s'évanouir ses chimères lointaines,
    Et le démon du mal l'entraîne indolemment
    Au bord des impures fontaines.

    Plus loin, c'est l'arbre noir — détourne-toi toujours,
    L'arbre de la science où flottent les mensonges :
    Garde que ses rameaux ne voilent tes beaux jours,
    Et n'effarouchent tes beaux songes.

    En quittant le jardin, la fleur et la chanson,
    La Jeunesse et l'Amour qui s'endorment sur l'herbe,
    Le voyageur aborde au champ de la moisson,
    Où son bras étreint une gerbe.

    De sa moisson il va bientôt se reposer
    Sur la blonde colline où les raisins mûrissent ;
    Pour la coupe enivrante il retrouve un baiser
    À ses lèvres qui se flétrissent.

    Plus loin, c'est le désert, le désert nébuleux,
    Parsemé de cyprès et de bouquets funèbres ;
    Enfin, c'est la montagne aux rochers anguleux,
    D'où vont descendre les ténèbres.

    Pour la gravir, passant, Dieu te laissera seul.
    Un ami te restait, mais le voilà qui tombe ;
    Adieu ; l'oubli de tous t'a couvert du linceul,
    Et tes enfants creusent ta tombe !

    Ô pauvre pèlerin ! il s'arrête en montant ;
    Et, se voyant si loin du sentier où sa mère
    L'endormait tous les soirs sur son sein palpitant,
    Il essuie une larme amère.

    Se voyant loin de vous, paradis regrettés,
    Dans un doux souvenir son cœur se réfugie :
    Se voyant loin de vous, ô jeunes voluptés !
    Il chante une vieille élégie.

    En vain il tend les bras vers la belle saison,
    Il jette des sanglots au vent d'hiver qui brame ;
    Il a vu près de lui le dernier horizon,
    Déjà Dieu rappelle son âme.

    Quand il s'est épuisé dans le mauvais chemin,
    Quand ses pieds ont laissé du sang à chaque pierre,
    La mort passe à propos pour lui tendre la main
    Et pour lui clore la paupière.

    Arsène Houssaye

    Pointage édité il y a 2 mois
    Vient d'obtenir le grade Quartier-maître 1° classe
    A atteint son objectif de 7 jours
  • Il y a 2 mois |
    eiFfeL Tour FLT en abstinence depuis 3 jours :
    ↳ Tentative n°1 | Mode EXTREM | Objectif: 7 jour(s)
    [J 4]
    La vie intérieure
    Aux deux extrémités du jour, lorsque la nuit
    Étend ou retire ses voiles,
    Quand le rayon douteux qui revient ou s'enfuit
    Laisse au ciel briller les étoiles,
    Alors, comme dans l'ombre un vaillant ouvrier
    S'assied, au labeur faisant trêve,
    Entre l'heure d'agir et l'heure d'oublier,
    La Terre se recueille et rêve. —
    Aux bornes du sommeil, quand enfin l'homme éteint
    Sa lampe ou déjà la rallume,
    Dans notre esprit alors notre avenir se peint,
    Et notre passé se résume ;
    Revoyant ses désirs, ses peines ou ses torts,
    L'âme regrette, espère ou pleure ;
    Et, sur soi repliée et comptant ses trésors,
    Vit de sa vie intérieure.

    Henri-Frédéric Amiel

    Vient d'obtenir le grade Quartier-maître 2° classe
  • Il y a 2 mois |
    eiFfeL Tour FLT en abstinence depuis 1 minute :
    ↳ Tentative n°1 | Mode EXTREM | Objectif: 7 jour(s)
    [J 1]
    La vie
    Amis, accueillez-moi, j'arrive dans la vie.
    Dépensons l'existence au gré de notre envie :
    Vivre, c'est être libre, et pouvoir à loisir
    Abandonner son âme à l'attrait du plaisir ;
    C'est chanter, s'enivrer des cieux, des bois, de l'onde,
    Ou, parmi les tilleuls, suivre une vierge blonde !
    — C'est bien là le discours d'un enfant. Écoutez :
    Vous avez de l'esprit. — Trop bon. — Et méritez
    Qu'un ami plus mûr vienne, en cette circonstance,
    D'un utile conseil vous prêter l'assistance.
    Il ne faut pas se faire illusion ici ;
    Avant d'être poète, et de livrer ainsi
    Votre âme à tout le feu de l'ardeur qui l'emporte.
    Avez-vous de l'argent ? — Que sais-je ?et que m'importe ?
    — Il importe beaucoup ; et c'est précisément
    Ce qu'il faut, avant tout, considérer. — Vraiment ?
    — S'il fut des jours heureux, où la voix des poètes
    Enchaînait à son gré les nations muettes,
    Ces jours-là ne sont plus, et depuis bien longtemps :
    Est-ce un bien, est-ce un mal, je l'ignore, et n'entends
    Que vous prouver un fait, et vous faire comprendre
    Que si le monde est tel, tel il faut bien le prendre.
    Le poète n'est plus l'enfant des immortels,
    A qui l'homme à genoux élevait des autels ;
    Ce culte d'un autre âge est perdu dans le nôtre,
    Et c'est tout simplement un homme comme un autre.
    Si donc vous n'avez rien, travaillez pour avoir ;
    Embrassez un état : le tout est de savoir
    Choisir, et sans jamais regarder en arrière,
    D'un pas ferme et hardi poursuivre sa carrière.
    — Et ce monde idéal que je me figurais !
    Et ces accents lointains du cor dans les forêts !
    Et ce bel avenir, et ces chants d'innocence !
    Et ces rêves dorés de mon adolescence !
    Et ces lacs, et ces mers, et ces champs émaillés,
    Et ces grands peupliers, et ces fleurs ! — Travaillez.
    Apprenez donc un peu, jeune homme, à vous connaître :
    Vous croyez que l'on n'a que la peine de naître,
    Et qu'on est ici-bas pour dormir, se lever,
    Passer, les bras croisés, tout le jour à rêver ;
    C'est ainsi qu'on se perd, c'est ainsi qu'on végète :
    Pauvre, inutile à tous, le monde vous rejette :
    Contre la faim, le froid, on lutte, on se débat
    Quelque temps, et l'on va mourir sur un grabat.
    Ce tableau n'est pas gai, ce discours n'est pas tendre.
    C'est vrai ; mais j'ai voulu vous faire bien entendre,
    Par amitié pour vous, et dans votre intérêt,
    Où votre poésie un jour vous conduirait.

    Cet homme avait raison, au fait : j'ai dû me taire.
    Je me croyais poète, et me voici notaire.
    J'ai suivi ses conseils, et j'ai, sans m'effrayer,
    Subi le lourd fardeau d'une charge à payer.
    Je dois être content : c'est un très bel office ;
    C'est magnifique, à part même le bénéfice.
    On a bonne maison, on reçoit les jeudis ;
    On a des clercs, qu'on loge en haut, dans un taudis.
    Il est vrai que l'état n'est pas fort poétique.
    Et rien n'est positif comme l'acte authentique.
    Mais il faut pourtant bien se faire une raison,
    Et tous ces contes bleus ne sont plus de saison :
    Il faut que le notaire, homme d'exactitude,
    D'un travail assidu se fasse l'habitude ;
    Va, malheureux ! et si quelquefois il advient
    Qu'un riant souvenir d'enfance vous revient,
    Si vous vous rappelez que la voix des génies
    Vous berçait, tout petit, de vagues harmonies ;
    Si, poursuivant encor un bonheur qu'il rêva.
    L'esprit vers d'autres temps veut se retourner : Va !
    Est-ce avec tout cela qu'on mène son affaire ?
    N'as-tu pas ce matin un testament à faire ?
    Le client est fort mal, et serait en état,
    Si tu tardais encor, de mourir intestat.

    Mais j'ai trente-deux ans accomplis ; à mon âge
    Il faut songer pourtant à se mettre en ménage ;
    Il faut faire une fin, tôt ou tard. Dans le temps.
    J'y songeais bien aussi, quand j'avais dix-huit ans.
    Je voyais chaque nuit, de la voûte étoilée,
    Descendre sur ma couche une vierge voilée ;
    Je la sentais, craintive, et cédant à mes vœux.
    D'un souffle caressant effleurer mes cheveux ;
    Et cette vision que j'avais tant rêvée.
    Sur la terre, une fois, je l'avais retrouvée.
    Oh ! qui me les rendra ces rapides instants,
    Et ces illusions d'un amour de vingt ans !
    L'automne à la campagne, et ses longues soirées,
    Les mères, dans un coin du salon retirées,
    Ces regards pleins de feu, ces gestes si connus,
    Et ces airs si touchants que j'ai tous retenus ?
    Tout à coup une voix d'en haut l'a rappelée :
    Cette vie est si triste ! elle s'en est allée ;
    Elle a fermé les yeux, sans crainte, sans remords ;
    Mais pensent-ils encore à nous ceux qui sont morts ?

    Il s'agit bien ici d'un amour platonique !
    Me voici marié : ma femme est fille unique ;
    Son père est épicier-droguiste retiré,
    Et riche, qui plus est : je le trouve à mon gré.
    Il n'est correspondant d'aucune académie.
    C'est vrai ; mais il est rond, et plein de bonhomie :
    Et puis j'aime ma femme, et je crois en effet,
    En demandant sa main, avoir sagement fait.
    Est-il un sort plus doux, et plus digne d'envie ?
    On passe, au coin du feu, tranquillement sa vie :
    On boit, on mange, on dort, et l'on voit arriver
    Des enfants qu'il faut mettre en nourrice, élever,
    Puis établir enfin : puis viennent les années,
    Les rides au visage et les couleurs fanées,
    Puis les maux, puis la goutte. On vit comme cela
    Cinquante ou soixante ans, et puis on meurt. Voilà.

    Félix Arvers

    Abstinence débutée le 11/09/2020 à 11h14.
    Objectif fixé: 7 jours
  • Il y a 2 mois |
    Manukun2017 a tenu 9 heures :
    ↳ Tentative n°1 | Objectif: 7 jour(s)
    [J 1] J'ai une volonté un peu basse
    Abstinence terminée le 05/09/2020 à 07h00 (raison: Excitation trop forte)
    Manukun2017 a indiqué avoir craqué il y a 1 jour(s).
    A échoué son objectif de 7 jours
  • Il y a 2 mois |
    Manukun2017 en abstinence depuis 7 minutes :
    ↳ Tentative n°1 | Objectif: 7 jour(s)
    [J 1] Je ne suis pas d'humeur pour parler, donc si vous voulez savoir quel session je me suis lancé, je vous le dirai demain.
    Pointage édité il y a 2 mois
    Abstinence débutée le 04/09/2020 à 21h23.
    Objectif fixé: 7 jours
  • Il y a 2 mois |
    Jackalope en abstinence depuis 57 secondes :
    ↳ Tentative n°4 | Record: 24 jour(s) | Objectif: 3 jour(s)
    [J 1] Je dois rester calme.
    Abstinence débutée le 01/09/2020 à 01h15.
    Objectif fixé: 3 jours
  • Il y a 2 mois |
    Jackalope a tenu 2 jours :
    ↳ Tentative n°3 | Record: 24 jour(s) | Objectif: 1 jour(s)
    [J 3] Encore.
    Abstinence terminée le 01/09/2020 à 00h56 (raison: Excitation trop forte)
    A atteint son objectif de 1 jour
    Douche froide
  • Il y a 2 mois |
    Jackalope en abstinence depuis 8 minutes :
    ↳ Tentative n°3 | Record: 24 jour(s) | Objectif: 1 jour(s)
    [J 1] J'ai reculé pour mieux sauter.

    Ça peut paraître paradoxal mais je suis de retour dans mon logement universitaire et je pense que cela va m'aider à tenir car même si je suis seul, je suis tranquille et j'aurais la tête occupé avec les cours, les amis, etc. donc ce sera plus propice à l'abstinence. C'est déjà là que je m'étais amélioré l'an dernier.
    Abstinence débutée le 29/08/2020 à 23h40.
    Objectif fixé: 1 jour
  • Il y a 2 mois |
    Jackalope a tenu 1 jour :
    ↳ Tentative n°2 | Record: 24 jour(s) | Objectif: 1 jour(s)
    [J 2] Toujours les tics...
    Abstinence terminée le 29/08/2020 à 23h35 (raison: Excitation trop forte)
    A atteint son objectif de 1 jour
    Douche froide
0 connectés
1 Classement
  • Participants :
    - Actifs: 1
    - Record d'actifs: 3 il y a 2 semaines
    - Total inscrits: 4
    Légende :
    Actif
    Déserteurs
    Ayant craqué
  • :
    eiFfeL Tour FLT Aspirant | 77 jours
Soutenir le projet